Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

La Chine républicaine (1912-1949) : nouvelles approches historiques

  • Victor Louzon, maître de conférences à l'Université Paris-Sorbonne ( Hors EHESS )
  • Xavier Paulès, maître de conférences de l'EHESS ( CCJ, CCJ-CECMC )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

  • David Serfass, ATER à l'INaLCO ( CCJ, CCJ-CECMC )
  • Delphine Spicq, maître de conférences au Collège de France ( CCJ-CECMC )

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

1er, 3e et 5e mardis du mois de 15 h à 17 h (salle 4, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 15 octobre 2019 au 2 juin 2020. Pas de séance le 29 octobre

Le thème du séminaire est cette année « guerre et militarisation »

La période républicaine est souvent vue comme une sorte d’interrègne entre la dynastie des Qing et l’ère communiste. Elle donne lieu, comme les épisodes de transition dynastique traditionnels, à un cycle de guerres et de violence, notamment le terrible conflit sino-japonais. Les seigneurs de la guerre, acteurs politiques s’appuyant par excellence sur la force militaire, occupent le devant de la scène politique pendant une bonne partie de la période. Dans la première moitié des années 1920, les deux partis révolutionnaires qui s’opposent à eux, le Guomindang et le parti communiste, n’ont pas de mots assez durs pour flétrir le militarisme. Pourtant, chacun d’eux va dans les années suivantes concéder une place croissante aux militaires dans leur organisation comme aux valeurs martiales dans leur idéologie. Alors que Sun Yat-sen voyait la force militaire comme un simple instrument de la Révolution, dans les années 1930, Chiang Kaï-shek prétend régénérer toute la société en la remodelant sur un modèle militaire dans le cadre du mouvement de la Vie Nouvelle. Ce projet prend sa source dans la revalorisation des qualités martiales qui a commencé à la fin de l'Empire. De son côté, Mao Zedong désigne la lutte armée comme l'une des trois « armes magiques » dont dépend le succès de la révolution communiste.

Le séminaire s’intéressera d’une façon large à la militarisation du social, notamment au phénomène de pénétration des valeurs martiales dans la société, en prêtant attention aux domaines des arts (cinéma) et de la littérature, où un des genres qui connait le plus de succès est celui des héros redresseurs de tort (wuxia).

Aires culturelles : Asie orientale, Chine,

Suivi et validation pour le master : Bi/mensuel annuel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & parcours :

Domaine de l'affiche : Histoire - Histoire et civilisations de l'Asie

Intitulés généraux :

  • Xavier Paulès- Une histoire sociale des plaisirs. Opium et jeux de hasard dans la Chine de la première modernité (1850-1949)
  • Renseignements :

    écrire à l'enseignant référent.

    Direction de travaux d'étudiants :

    sur rendez-vous.

    Réception :

    prendre rendez-vous.

    Adresse(s) électronique(s) de contact : xavier.paules(at)ehess.fr

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 15 octobre 2019.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]