Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Faire problème, étudier un cas

  • Daniel S. Milo, maître de conférences de l'EHESS (*) (TH) ( IIAC )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Enseignement suspendu durant l'année univeritaire 2019-2020

Quel est votre sujet ? L’étudiant est perdu. Il comprend qu’il doit problématiser, mais on ne lui apprend pas comment. Or un sujet de recherche est un contrat biannuel (mémoire de master) ou pluriannuel (thèse de doctorat), il vaut mieux ne pas se tromper. Nombreux maudiront leur choix jusqu'à la soutenance. Une des raisons du malaise dans l'université est la confusion entre problème et objet. C’est cela, le risque : travailler sur un corpus, une époque, un phénomène, un personnage, comme s’il s’agissait d’un problème scientifique. Or être seiziémiste ou Proustien n’a pas de sens en science. Le 16ème siècle et Marcel Proust ne sont pas des questions, par contre ils peuvent servir de support à un questionnement. Qu’on se le dise : Au commencement était la question ; l’objet est venu plus tard et lui est subordonné. L’objet de recherche doit être à la fois exemplaire et heuristique ; il s’ensuit que la plupart des cas étudiés sont de mauvais exemples, à ignorer. Et qu’en est-il du contre-exemple ? Ce séminaire proposera des outils pour poser des questions et pour identifier des cas permettant d’y répondre – et de questionner les réponses. On s’inspirera de la biologie qui, comme nous, étudie le vivant. En Biologie, une question n’est acceptable que si elle peut être résolue en laboratoire. Les sciences de l’homme ne disposent pas de tel garde-fou. Nous avons choisi cette vocation parce que nous sommes habités par des questions existentielles qui sont par définition difficilement solubles. En sciences dures, on n’est chercheur que si on a bon espoir de devenir trouveur. « Aucun chercheur n'est jamais parvenu à acquérir la moindre notoriété en ne trouvant rien » (François Jacob, prix Nobel de biologie). En sciences soft, le leitmotiv est « chantier ». Historiens, sociologues, philosophes ne disent jamais « la question est résolue, passez à autre chose ».

Or nous aussi, on veut trouver de temps en temps. Pour avoir une chance raisonnable de trouver une solution, on s'inspirera  de l'usage des organismes modèles. Un organisme modèle est un animal ou une plante qu’on manipule pour comprendre des phénomènes généraux. Chaque discipline biologique dispose de son propre organisme modèle. Aristote a fondé les études embryonnaires sur la poule. La drosophile a rendu de fiers services à la cartographie des chromosomes. L'Escherichia coli (notre microbe intestinal) a craché la clé de la régulation génétique. L’expérimentation sur des humains est interdite, alors on procèdera par analogie. Chaque problématique en sciences sociales et humaines mérite un objet de recherche consensuel – un cas modèle.

Domaine de l'affiche : Philosophie et épistémologie

Intitulés généraux :

  • Daniel S. Milo- Philosophie naturelle
  • Renseignements :

    par courriel.

    Site web : http://www.TooMuch.Us

    Site web : http://DanielMilo.com

    Adresse(s) électronique(s) de contact : dsmilo(at)gmail.com

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 2 septembre 2019.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]