Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

  • Accueil
  • 2019-2020
  • Enseignements
  • Der Computer NR. 3 : Le droit, un outil technique comme un autre ? (Droit, logique formelle, informatique, linguistique & philosophie de la technique)

Der Computer NR. 3 : Le droit, un outil technique comme un autre ? (Droit, logique formelle, informatique, linguistique & philosophie de la technique)

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Cf. dates, horaires et salles dans le programme détaillé

Enka Blanchard (postdoctorante à Digitrust Loria, Université de Lorraine), François Curan (doctorant à l'Université Paris X Nanterre‐La Défense), Victor Monneret (doctorant à l'Université Paris I Panthéon‐Sorbonne), Djohar Sidhoum-Rahal (doctorante à l'Université Paris X Nanterre‐La Défense), et Télémaque Masson participent à l'animation de l'atelier.

« (...)
Der Computer weiß genau
Für jeden Mann die richtigen Frau
Und das Glück fällt im Augenblick aus seiner Kartei
(...)
Lange war ich einsam, heut' bin ich verliebt
Und nur darum ist das so
Weil es die Technik und die Wissenschaft und
Elektronengehirne gibt
(...) »

« (...)
L’ordinateur sait exactement
Quelle femme convient à chaque homme
Et le bonheur tombe de son fichier en un clin d’oeil
(...)
Cela faisait longtemps que j’étais seule mais
Maintenant, je suis amoureuse
Je le dois à la technique
À la science et à l’électronique
(...) »

Ces paroles de la chanson avec laquelle France Gall remporta en 1968 la troisième place de la finale du concours de la chanson allemande – position qui au delà du titre de la chanson renvoie pour nous surtout à la figure du tiers, celle du juge, exerçant ici en tant qu'autorité entremetteuse – pourraient aussi bien avoir été écrites pour le paysan de la fameuse nouvelle de Kafka, que la présence de l'impressionnant gardien fait patienter sa vie durant à la porte de la Loi. « Le » gardien était peut être, après tout, l'homme (ou la femme ?) qui lui convenait, sans qu'il le sache. Ou encore : peut être l'intervention de la technique dans la fable aurait‐elle permise au paysan d'obtenir le bonheur de la justice, celui d'un jugement favorable qui serait tombé « en un clin d'œil » de ses fichiers informatiques, au lieu de le faire patienter une vie entière. Peut être. Peut être pas.
Tout, après tout, n'est toujours qu'affaire d'interprétation. La musique en général. Les Chansons à texte, en particulier. Les textes en général. Les œuvres de toute nature. Les gestes, et les pratiques. Le sens est toujours le produit d'un contexte. Ainsi en va t il toujours necessairement du droit, ensemble complexe des textes, des gestes et de pratiques, d'interprétations et d'actions. Aussi le droit n'est il pas finalement avant toute chose un médium d'expression esthétique, une forme d'art et, dans l'ancien sens de ce terme, une technique ? Pensez : où ailleurs que dans le droit, dans ses succès comme dans ses échecs, se vérifie mieux aujourd'hui comme hier la troisième loi de Clarke, selon laquelle « toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie » ; sa contraposée, selon laquelle : « N'importe quelle technologie discernable de la magie est insuffisamment avancée » ... et, surtout, sa corollaire, voulant que : « Toute technologie suffisamment avancée [soit] indiscernable de la nature » – qu'on songe seulement, pour s'en convaincre, aux innombrables entreprises normatives qui ont choisi dans l'histoire de se présenter comme ne faisant que mettre en évidence le contenu d'un « Droit naturel » toujours trop humain.
Partant de ces réflexions, cet atelier doctoral alternera entre la présentation par des doctorant·ees de leurs recherches en cours et l'invitation d'auteurices déjà (re)connu·e·s pour envisager le droit comme un objet technique et les questions du droit et de l'interprétation à travers les prismes de la linguistique, de la logique formelle et de la science informatique.

Programme :
 
Jeudi 27 Février (11h-13h, salle AS1_08 du 54 Boulevard Raspail) : Intervention de Catherine Becker, spécialiste des technologies de Blockchain, sur la justice digitale (séance conjointe avec le séminaire de monsieur Rainer Maria Kiesow, La promesse du droit).

Mardi 17 Mars (18h-20h, salle 6, 105 Boulevard Raspail) : Intervention de Djohar Siddhoum Rahal, Doctoresse en droit pénal, sur la question des rapports entre droit pénal & neurosciences.

Jeudi 26 Mars (11h-13h, salle 5 du 105 Boulevard Raspail) : Intervention de Claudine Moulin, spécialiste des humanités numériques (séance conjointe avec le séminaire de monsieur Rainer Maria Kiesow, La promesse du droit et dans cadre du séminaire de messieurs Rainer Maria Kiesow et Falk Breitschneider Les mots du droit. Lexicographie numérique de « Des délits et des peines » de Cesare Beccaria et ses traductions en Europe).

Jeudi 2 Avril (11h-13h, salle AS1_08 du 54 Boulevard Raspail) : Intervention de Jorg Pohle, professeur à l'université Humboldt à Berlin (cf. https://www.hiig.de/en/jorg-pohle/), sur le thème "Insights and learnings from the history of legal informatics"

Mardi 5 Mai (18h-20h, salle 9, 105 Boulevard Raspail) : Intervention de Yael Benayoun & Irénée Renault de l'association Le Mouton Numérique
 
Mardi 16 juin (18h-20h, 105 Boulevard Raspail) : Intervention de Karen McAuliffe, enseignante en droit à l'université de Birmingham et spécialiste de la questions des effets des traductions du droit européen (intervention donnée dans le cadre de la conférence Georg Simmel, qui viens conclure la journée d'étude annuelle du centre Georg Simmel de l'Ehess)

Mardi 30 Juin (18h-20h, salle 6, 105 Boulevard Raspail): Intervention de Enka Blanchard & Sunimal Mendis
 
 

Adresse(s) électronique(s) de contact : mr.telemaque(at)gmail.com, f.curan(at)hotmail.fr

Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 18 février 2020.

Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
[Accès réservé]