Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Retour sur la théorie critique de la société

  • Julia Christ, chargée de recherche au CNRS ( LIER-FYT )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

  • Mathurin Schweyer, doctorant à l'EHESS ( LIER-FYT )

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Mardi de 9 h à 11 h (salle 7, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 5 novembre 2019 au 4 février 2020

Ce séminaire propose un travail d’exploration de l’histoire et de l’actualité du programme de théorie critique formulé au sein de ce qu’on a appelé « Ecole de Francfort ». Nous porterons une attention particulière au lien entre théorie critique et théorie de la société mis en évidence dans le syntagme « théorie critique de la société » tel qu’il a été initialement formulé dans les années 1930. Il s’agira d’explorer le lien entre l’activité critique et la conception de la société à laquelle cette critique est adressée mais également adossée. La théorie critique est avant tout une proposition possible au sein d’un conflit entre différentes approches sociologiques de la modernité : elle mobilise la sociologie classique (wébérienne autant que durkheimienne), la théorie marxiste et la psychanalyse non pour critiquer la société moderne, mais, dans un premier temps, pour la décrire correctement. La critique elle-même est subordonnée à ce travail de description adéquate de la réalité sociale. Dans le même temps, l’émancipation constitue, pour les fondateurs du paradigme, l’intérêt de connaissance qui oriente la recherche en sciences sociales. Cet intérêt de connaissance émancipateur lie inextricablement la recherche à la critique. Aussi peut-on avoir l’impression qu’on décrit pour critiquer, ou encore qu’on décrit à partir d’une position critique préalablement fixée par la théorie. Un des objectifs du séminaire sera d’éclairer ce rapport complexe entre la volonté des sciences sociales en tant que sciences de fournir une description objective du monde social et un intérêt de connaissance, qui leur est également propre, visant un accroissement de la réflexivité de la société, c’est-à-dire de ses capacités à se rapporter à elle-même sur un mode critique. 

Ce séminaire est accessible sur la plateforme d'enseignement de l'Environnement numérique de travail de l'EHESS :

  • Les programmes interdisciplinaires de la Théorie critique

5 novembre 2019 : Séance introductive.

12 novembre 2019 : Présentation du premier programme interdisciplinaire de la Théorie critique :

Texte : M. Horkheimer, « L'état actuel de la philosophie sociale et les tâches d'un Institut de recherche sociale » (1931), in Théorie critique - Essais, p. 55-68, éditions Payot, 2009

19 novembre 2019 : Discussion sur la base du texte de Horkheimer : « L'état actuel de la philosophie sociale et les tâches d'un Institut de recherche sociale » (1931)

26 novembre 2019 : Présentation du « programme fondateur » de la Théorie critique :

Texte : M.  Horkheimer, « Théorie traditionnelle et théorie critique » (1937), in Théorie traditionnelle et théorie critique, p. 15-92, éditions Gallimard, 2012

3 décembre 2019 : Analyse du texte de Horkheimer : « Théorie traditionnelle et théorie critique » (1937)

10 décembre 2019 : Discussion sur la base du texte de Horkheimer : « Théorie traditionnelle et théorie critique » (1937)

  • La Théorie critique comme critique du pouvoir : autorité, exploitation, domination

7 janvier 2020 : « L'autorité et la famille » : un objet central pour les recherches interdisciplinaires de la Théorie critique.

Textes : M. Horkheimer, « Autorité et famille », in. Théorie traditionnelle et théorie critique, p. 229-320, éditions Gallimard, 2012 ; Th. W. Adorno, Études sur la personnalité autoritaire, « Introduction », édition Allia, 2007

14 janvier 2020 : Discussion sur la base des textes de Horkheimer et d’Adorno : « Autorité et famille », in. Théorie traditionnelle et théorie critique, p. 229-320, éditions Gallimard, 2012 ; Études sur la personnalité autoritaire, « Introduction », édition Allia, 2007

21 janvier 2020 : Un nouveau paradigme pour la Théorie critique ? Présentation du programme de recherche de Habermas.

Texte : J. Habermas, « L’autoréflexion comme science : la critique psychanalytique du sens par Freud », in. Connaissance et intérêt, p. 247-277, éditions Gallimard, 1976

28 janvier 2020 : La Théorie critique à l’épreuve de son ambition sociologique. Présentation de la théorie sociale de Honneth.

Texte :  Axel Honneth, Le droit de la liberté – Esquisse d’une éthicité démocratique, « Introduction », p. 15-29, éditions Gallimard, 2015

4 février 2020 : Une nouvelle articulation entre philosophie et sciences sociales.

Texte : Bruno Karsenti, D'une philosophie à l'autre – Les sciences sociales et la politique des modernes, « Introduction », p. 9-32, éditions Gallimard, 2013

Bibliographie indicative :

  • Adorno, Études sur la personnalité autoritaire, « Introduction », édition Allia, 2007
  • Jürgen Habermas, « L’autoréflexion comme science : la critique psychanalytique du sens par Freud », in. Connaissance et intérêt, p. 247-277, éditions Gallimard, 1976
  • Axel Honneth, Le droit de la liberté – Esquisse d’une éthicité démocratique, « Introduction », p. 15-29, éditions Gallimard, 2015
  • Horkheimer, « Autorité et famille », in. Théorie traditionnelle et théorie critique, p. 229-320, éditions Gallimard, 2012
  • Horkheimer, « Théorie traditionnelle et théorie critique » (1937), in. Théorie traditionnelle et théorie critique, p. 15-92, éditions Gallimard, 2012
  • Horkheimer, « L'état actuel de la philosophie sociale et les tâches d'un Institut de recherche sociale » (1931), in. Théorie critique - Essais, p. 55-68, éditions Payot, 2009
  • Bruno Karsenti, D'une philosophie à l'autre – Les sciences sociales et la politique des modernes, « Introduction », p. 9-32, éditions Gallimard, 2013

Bibliographie complémentaire :

  • Adorno, « L'actualité de la philosophie » (1931), in. L'actualité de la philosophie et autres écrits, traduction sous la direction de J.-O. Bégot, Editions Rue d'Ulm, 2008
  • Adorno, « Société I », in. Société : intégration, désintégration, éditions Payot, 2011
  • E. Fromm, « Psychanalyse et sociologie », in. Le Coq-héron, vol. n°182, p. 81-84, 2005
  • Jürgen Habermas, « Les tâches d'une théorie critique de la société », in. Théorie de l'agir communicationnel, tome II : Pour une critique de la raison fonctionnaliste, p. 412-444, éditions Fayard, 1987
  • Axel Honneth, « Les pathologies du social. Tradition et actualité de la philosophie sociale », in. La société du mépris, éditions La Découverte, 2006
  • H. Marcuse, « Philosophie et théorie critique » (1937), in. Culture et Société, Éditions de Minuit, 1970

Sur l'histoire de l'École de Francfort :

  • R. Wiggershaus, L’École de Francfort. Histoire, développement, signification, trad. L. Deroche-Gurcel, Presses Universitaires de France, 1993
  • D. Claussen, Th. W. Adorno, Un des derniers génies, Paris, Belles Lettres, 2019.

 

Suivi et validation pour le master : Hebdomadaire semestriel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & parcours :

Domaine de l'affiche : Philosophie et épistémologie

Intitulés généraux :

Direction de travaux d'étudiants :

direction de M1 et M2.

Réception :

sur rendez-vous.

Niveau requis :

L3 de philosophie, de sociologie ou d'anthropologie.

Adresse(s) électronique(s) de contact : julia.christ(at)ehess.fr

Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 4 novembre 2019.

Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
[Accès réservé]