Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Une autre façon de raconter ... la geste technique (VI)

  • Frédéric Joulian, maître de conférences de l'EHESS ( CNE )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

  • Aude Fanlo, chargée de mission au département de la recherche et de l'enseignement, MUCEM ( Hors EHESS )
  • Lila Neutre, photographe, École nationale supérieure de la photographie, Arles ( Hors EHESS )
  • Florence Sarano, enseignante-chercheuse en architecture, ENSAM ( Hors EHESS )

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

(MUCEM, l'I2MPN Fort St Jean, Marseille et EHESS, centre de la Vieille Charité), les 24 octobre 2019 (de 9 h à 12 h, centre de la Vieille Charité), 30 et 31 octobre 2019 et 29 et 30 avril 2020 (MUCEM)

Le séminaire « La geste technique : parler objets… par les milieux» est associé pour la deuxième année consécutive au séminaire « Une autre façon de raconter » et réunit de façon interactive et réflexive les productions des chercheurs, photographes et dessinateurs. Chacune des journées est l’occasion de faire se rencontrer des métiers et savoir-faire originaux sur des enjeux d'anthropologie générale et de narration ; l’idée étant, par ces exchanges d’expériences de contribuer à une réflexion élargie sur les mises en récits graphiques, photographiques et textuels des sciences humaines.

Après un séminaire introductif pour les étudiants (le 25 octobre à la Vieille Charité), le séminaire se déroulera sous la forme de quatre journées de rencontres au MUCEM, les 30 et 31 octobre 2019 et les 9 et 10 avril 2020.

Les journées d'octobre prolongeront la réflexion sur la place du dessin et de la photo dans le travail des sciences humaines. Reprenant le titre du livre éponyme de John Berger et Jean Mohr « Une autre façon de raconter » (Maspéro 1981) nous interrogeons et mettons en pratique différentes formes d’éditorialisations associant texte, dessin, photo, vidéo, son, à différentes étapes de la chaîne du travail scientifique. Nous continuons à faire le pari que les scientifiques ne doivent pas seulement être des producteurs et pourvoyeurs de connaissances mais qu’ils doivent également employer les nouvelles formes d’expressions – imagées et numériques – dans lesquelles nous évoluons, de concert avec les designers, les photographes, les graphistes et les auteurs de roman graphiques ou de bande dessinées. Un des objectifs est d’explorer les différentes formes de créations et façons d’écrire avec les images (en se fondant sur leurs expériences en fiction, documentaire, science ou art) mais surtout d'inverser les logiques analytiques habituelles des SHS qui partent des récits textuels ou oraux, au profit des images et des savoirs visuels.

Comment commercer plus étroitement et horizontalement entre photographes, dessinateurs et ethnographes ou historiens ? Comment fabriquer ensemble, ou non ? Au moment de la problématisation ? Sur le terrain ? Lors de l’enregistrement et de la description ? Dans le cas de démarches appliquées, ou fondamentales ? Ces questions, aussi compliquées que passionnantes, orienteront nos débats tant du point de vue de la recherche que de la création ou de la médiation publique, autrement dit en faisant dialoguer différentes formes de connaissance et d'expérience du monde.

Les journées d'avril, se concentreront sur les savoir-faire techniques et la notion japonaise de Waza que nous aborderons également du point de vue des modes d'enregistrement, de description et de narration. En partenariat avec les chercheurs de l'Université Seika et de l'Université Kyoto, un des objectifs majeurs sera d'entrer au cœur de la notion d'habileté et de savoir faire technique, via la dimension gestuelle et sa transmission et d'ainsi renaturer, rehistoriciser et resociologiser les ensembles matériels concernés, qu’ils soient destinés aux publications savantes, aux réserves ou aux expositions.

Nous explorerons « la geste technique » entendue comme une heuristique originale d’étude de la vie en société (ou en « culture ») ou le Waza et ses différentes acceptions psycho-socio-culturelles, comme une alternative comparative et englobante pour sortir des approches sectorisées fondées sur les modèles dominants, de la sémiotique, de l'économique ou du politique.

Suivi et validation pour le master : Bi/mensuel annuel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & parcours :

Domaine de l'affiche : Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Intitulés généraux :

  • Frédéric Joulian- Anthropologie évolutionnaire
  • Renseignements :

    sur rendez-vous par courriel.

    Renseignements : Laure Ginod, laure.ginod(at)univ-amu.fr ; Frédéric Joulian, frederic.joulian(at)ehess.fr ; Anne Faure, anne.faure(at)mucem.org

    Direction de travaux d'étudiants :

    sur rendez-vous par courriel.

    Réception :

    sur rendez-vous par courriel.

    Adresse(s) électronique(s) de contact : frederic.joulian(at)ehess.fr

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 18 novembre 2019.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]