Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Atelier de traduction et de réflexion arabe français « ATRAF »

  • Sadia Agsous, postdoctorante au Centre de recherche français à Jérusalem (CRFJ), Fondation pour la mémoire de la Shoah (FMS) ( CéSor )
  • Nisrine Al Zahre, maître de langue ( CéSor )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

1er vendredi du mois de 16 h à 19 h 30 (Campus Condorcet, salle 0.007, bâtiment Recherche Nord, Cours des Humanités 93300 Aubervilliers), du 6 décembre 2019 au 5 juin 2020

Nous reconduisons pour l’année 2019-2020 l’atelier-laboratoire de traduction des sciences sociales entre le français et l’arabe ATRAF qu’on avait démarré l’année dernière. Notre objectif l’année dernière était d’aborder la traduction des sciences sociales en arabe comme un exercice intellectuel précieux dans la pratique des sciences sociales, un exercice qui interroge l’universalité des notions et des sémantiques, leur traductibilité et les réalités derrière les mots et leurs représentations dans les langues cibles. L’atelier se voulait aussi un lieu de rencontre intellectuelle entre les étudiants, dont la langue maternelle est un outil de réflexion ayant sa place dans leur nouvelle vie.

Nous nous sommes fixé un objectif probablement trop ambitieux, pour les moyens et la faisabilité, celui de ne pas nous limiter à la pratique d’un exercice mais de traduire concrètement des produits en sciences sociales et de les proposer pour la publication, tout en instaurant une vraie tradition de relecture, un vrai travail lexical terminologique, et finalement de mener une réflexion mûre sur les choix de traduction qui se font dans les deux langues. Nous comptons concrétiser d’une manière ou d’une autre cet objectif qui n’a pas été réellement faisable l’année dernière.

Pour l’année 2019-2020, nous élargissons la portée du séminaire, pour y inclure des nouvelles questions, notamment celles qui concernent la circulation transnationale des idées : dans quelle mesure et de quelles manières les conflits politiques pèsent-ils aujourd’hui sur la traduction des textes et sur la circulation des idées ? Quels outils mobiliser, quelles méthodes élaborer pour penser la circulation des idées à une échelle globale à l’ère du numérique ? Qu’en est-il plus singulièrement pour des textes écrits en arabe et les idées d’expériences politiques au Moyen Orient ? Nous élargissons également aux disciplines qui concernent les sciences sociales pour puiser dans des supports littéraires et cinématographiques. Notre démarche va différer aussi dans le sens où elle favorisera une lecture de travaux traduits en arabe : on commencerait par la lecture d’extraits d’ouvrages traduits en arabe, pour par la suite recenser et discuter des problématiques de traductologie et de circulation. Nous pensons à des thématiques/ paradigmes (ex. études de genre) ou à des termes concepts qui feraient le point de départ de réflexion sur les problèmes de la traduction des sciences sociales en arabe (ex. laïcité, habitus, communauté etc.).

Aires culturelles : Arabe (monde),

Niveau requis :

connaissance avancée de la langue arabe est recquise. Un niveau B2 en français est requis.

Adresse(s) électronique(s) de contact : nisrine.alzahre(at)ehess.fr

Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 23 septembre 2019.

Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
[Accès réservé]