Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Géohistoire du patrimoine : le cas Gaignières (fin XVIIe-début XVIIIe siècles)

  • Anne Ritz-Guilebert, professeure à l'École du Louvre (TH) ( Hors EHESS )
  • Nicolas Verdier, directeur d'études de l'EHESS, directeur de recherche au CNRS (TH) ( GÉOCIT-EHGO )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Enseignement suspendu durant l'année universitaire 2019-2020

Le cycle de séminaires s’intéressera à la réflexion d’un érudit, François Roger de Gaignières (1642-1715) qui a tenté, en son temps réunir une forme d’encyclopédie d’un monde qu’il concevait comme étant en train de disparaître. Celui d’une ancienne France, voire d’une ancienne Europe, alors en pleine transformation. En dehors de l’immense collection d’images et de texte qu’il constitue alors dans une conception de nature patrimoniale – avant la lettre – on s’intéressera ici aux aspects géographiques de son activité. L’homme met en effet en place un inventaire à plusieurs niveaux et suivant plusieurs méthodologies cohérentes. D’un côté, il compose une vaste bibliothèque ainsi qu’une vaste cartothèque- qui fait partie des très belles collections de l’époque. D’un autre, il met en place une enquête sur le terrain, où, accompagné d’un dessinateur et d’un copiste, il tente de relever l’ensemble de l’information utile à ses yeux. Pour ce faire, il suit une méthode scalaire, un peu à la façon des atlas alors en réflexion, et met en série diverses figurations qui vont de la région à l’inscription sur une pierre tombale, en passant de la vue paysagère au plan de ville, et au dessin de monument. Ce n’est que dans un dernier temps qu’il produit un archivage très élaboré de sa collecte, qui permet de lier intimement les différents éléments qui la composent. Le fond Gaignières nous offre donc une occasion remarquable de tenter de comprendre les conceptions spatiales d’un érudit de la fin du XVIIe siècle dans toute sa complexité, il nous offre en outre un lieu de réflexion sur le rapport qu’entretiennent le patrimoine et l’espace.

Aires culturelles : Europe, France,

Suivi et validation pour le master : Hebdomadaire semestriel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & parcours :

Domaine de l'affiche : Géographie

Intitulés généraux :

  • Nicolas Verdier- Pratiques de la géohistoire entre raisons géographiques et historicités, XVIIIe-XXe siècle
  • Renseignements :

    par courriel.

    Direction de travaux d'étudiants :

    sur rendez-vous.

    Réception :

    sur rendez-vous.

    Niveau requis :

    séminaire ouvert.

    Site web : http://www.parisgeo.cnrs.fr/spip.php?article188&lang=fr

    Site web : http://cnrs.academia.edu/NicolasVerdier

    Adresse(s) électronique(s) de contact : nicolas.verdier(at)parisgeo.cnrs.fr

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 3 février 2020.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]