Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Enquête collective : mémoires coloniales de Marseille (II)

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

(EHESS-Marseille, Centre de la Vieille-Charité, 2 rue de la Charité 13002 Marseille), du 1 au 28 février + 3 séances de préparation en janvier : 16, 21, 27 janvier de 9 h à 12 h (salle 205) + balade urbaine le 28 janvier

Cet enseignement consiste à former les étudiants à l’enquête de terrain en sciences sociales à partir d’une pratique directe et collective de l’enquête. Cette année, l'enquête portera sur les mémoires coloniales de Marseille. Les étudiants de master 1, encadrés par des enseignants de la formation, participent à toutes les étapes de la recherche, de la construction de l’objet de recherche à l’enquête in situ (volets qualitatif, quantitatif et archivistique), et produisent un document final visant à interpréter les matériaux recueillis. D’une durée d’un mois, l’enquête collective est ponctuée d’interventions de chercheurs, au cours desquelles une réflexion épistémologique et réflexive est engagée. Elle se prolonge par un travail collectif et individuel d’écriture de la recherche.

La ville de Marseille fut, on le sait, une interface majeure de l’empire français (et des Empires coloniaux en général). Porte d’entrée ancienne dont témoigne l’importance des galères aux XVIe et XVIIe siècles et la présence de nombreux « esclaves turcs », la ville connaît indéniablement une impulsion avec l’avènement du second empire colonial à partir de la conquête de l’Algérie en 1830. Port d’entrée de marchandises, matières premières, port de transit de voyageurs, migrants et travailleurs, Marseille est par son histoire profondément marquée par la question coloniale. Les expositions coloniales de 1906 et 1922, la création d’un musée colonial et d’un institut colonial, d'une école de médecine coloniale, le réseau des missions religieuses, la présence de travailleurs coloniaux et surtout de troupes coloniales nombreuses pendant la Première guerre mondiale et à la fin de la seconde guerre mondiale et enfin les effets de la décolonisation, le reflux des pieds noirs et Harkis et l’arrivée de nombreux travailleurs émigrés dans les années 1950-1970, ont laissé de traces dans les archives, dans la ville et dans les esprits.

L’enquête collective vise explorer les traces matérielles et immatérielles des colonisations européennes dans la ville de Marseille. Après une première année consacrée à l’exploration des fonds patrimoniaux muséaux et documentaires (livres, archives papier et audiovisuelles, collections muséales, architecture/urbanisme), nous souhaitons approfondir et prolonger la réflexion pour l'année 2019-2020 sur les mémoires intimes de l'expérience coloniale - dans la cité phocéenne et dans les territoires qui lui étaient connectées - et celle des décolonisations et sur leur expression dans l'espace public marseillais.

 
Prof. Alistair Thomson (Monash University, Australie), professeur invité de l'EHESS en janvier-février 2020 et spécialiste d'histoire orale, accompagnera les étudiant-e-s pendant la durée de l'enquête.

Suivi et validation pour le master : Hebdomadaire annuel (48 h = 2 x 6 ECTS)

Mentions & parcours :

Intitulés généraux :

Adresse(s) électronique(s) de contact : laure.ginod(at)univ-amu.fr, isabelle.merle13(at)gmail.com, christelle.rabier(at)ehess.fr

Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 18 novembre 2019.

Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
[Accès réservé]